L’ONU condamne les attaques à Ouagadougou

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Conseil de sécurité ont fermement condamné les attaques perpétrées vendredi 2 mars 2018 à Ouagadougou, la capitale du Burkina-Faso.

Les premières informations rapportées par la presse font état d’au moins 30 morts et de 85 blessés.

« Le Secrétaire général suit de près les attaques contre l’ambassade de France et le quartier général de l’armée dans la capitale du Burkina Faso qui ont eu lieu ce matin », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, lors d’un point de presse au siège de l’ONU à New York.

Préoccupé par les pertes et les blessés signalés, M. Guterres s’est entretenu par téléphone avec le Président du Burkina Faso, Roch Kaboré, pour exprimer sa solidarité avec le gouvernement et le peuple burkinabè, a ajouté le porte-parole du Secrétaire général.

« Nous sommes en contact avec les autorités, à qui nous avons exprimé notre solidarité », a précisé M. Dujarric.

Le chef de l’ONU a également encouragé les autorités burkinabè à ouvrir une enquête sur ces attentats et à traduire leurs auteurs en justice.

Le Secrétaire général a demandé à son Représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohammed ibn Chambas, de se rendre au Burkina Faso « dès que possible pour exprimer personnellement la solidarité des Nations Unies au gouvernement et au peuple burkinabè en ces temps difficiles », a ajouté son porte-parole.

Ouagadougou a subi deux attaques terroristes ces deux dernières années. En janvier 2016, une attaque contre deux hôtels et deux cafés avait fait 30 morts et 70 blessés. Une deuxième attaque perpétrée contre un café de la capitale burkinabè en août 2017 avait tué 18 personnes et blessé 22 autres individus.

M. Guterres a réitéré l’engagement des Nations Unies à soutenir le Burkina Faso dans ses efforts pour lutter contre l’extrémisme violent et le terrorisme et mener sa réforme du secteur de la sécurité. L’ONU est également disposé à aider Ouagadougou à promouvoir la réconciliation nationale et créer les conditions d’une paix et d’un développement durables.

« Le Secrétaire général renouvelle son appel pour un effort urgent et concerté de la communauté internationale en soutien aux pays de la région pour régler, de manière holistique, les défis liés à la paix et à la sécurité, ainsi que les défis de développement et humanitaires qui affectent le Sahel »a déclaré son porte-parole dans un communiqué. Des efforts qui doivent inclure la stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et la pleine opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel, a précisé M. Dujarric.

Dans une déclaration à la presse publiée vendredi soir, le Conseil de sécurité a également fermement condamné « les attaques terroristes barbares et lâches » qui ont eu lieu le 2 mars à Ouagadougou.

Les membres du Conseil ont exprimé leur sincère sympathie et présenté leurs condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’au gouvernement du Burkina Faso. Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Ils ont aussi salué les efforts de la région, y compris à travers le développement d’une Force conjointe du G5 Sahel, pour répondre à la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel.

Leave a Comment

Contactez-nous

Pour toute demande d'informations, suggestion ou sollicitation.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search